Pays fédéraux

Nigéria

Histoire

Le Nigeria a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1960, après quoi il a adopté la structure d’une république fédérale. Il a toutefois fonctionné initialement avec un gouvernement central fort. La Première République nigériane (1960-66), qui a suivi l’indépendance, a combiné un système parlementaire de type Westminster avec une structure fédérale maladroite composée de trois (puis quatre) grandes régions, mais inégales, chacune étant dominée par un groupe ethnique majeur et contrôlée par un parti politique représentatif de ce groupe. Une période de régime militaire a suivi de 1966 à 1979, au cours de laquelle les quatre régions ont été divisées d’abord en douze, puis en dix-neuf petits États, dans le but de favoriser l’unité de l’État nigérian après la guerre civile qui a eu lieu entre juillet 1967 et janvier 1970.

La deuxième République nigériane (1979-1983) a vu le rétablissement du régime civil et l’adoption de la Constitution de 1979, qui a introduit un système de gouvernement présidentiel, établi la structure fédérale à dix-neuf États et reconnu les gouvernements locaux comme le troisième ordre de gouvernement de la nation. Elle a également vu un transfert des pouvoirs fiscaux et législatifs des états vers le gouvernement central.

Le nombre d’états est passé de dix-neuf à trente-six au cours d’une deuxième période de gouvernance par les militaires qui a duré de 1984 à 1999. Le retour à un régime civil en 1999 a créé un environnement plus propice au régime démocratique et au fédéralisme dans le pays. L’actuelle Constitution nigériane, promulguée en 1999, comprend des dispositions chargeant le gouvernement central de promouvoir le caractère fédéral du pays et obligeant les gouvernements des états et des collectivités locales à conduire leurs affaires de manière à reconnaître la diversité de leur population et à promouvoir un sentiment d’appartenance et de loyauté.

Structure

Le Nigéria est une république démocratique représentative à présidence fédérale composée de 36 États et du territoire de la capitale fédérale, Abuja. Le président du Nigeria est à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est divisé en ministères fédéraux, chacun d’entre eux étant dirigé par un ministre nommé par le président. Lors de la sélection de son cabinet, le président doit inclure au moins un membre de chacun des 36 États.

L’Assemblée nationale du Nigeria, l’organe législatif nigérian, se compose de deux chambres. La Chambre des représentants, la chambre basse, est composée de 360 membres élus pour un mandat de quatre ans dans des circonscriptions à siège unique. Le Sénat, la chambre haute, est composé de 109 membres élus pour un mandat de quatre ans dans 36 circonscriptions à trois sièges qui correspondent aux 36 États du pays, avec un seul membre élu dans la circonscription à siège unique de la capitale fédérale.

Le Nigeria est un pays caractérisé par la diversité – des groupes ethniques et des croyances religieuses. En effet, l’expansion du nombre d’états nigérians est le résultat direct des demandes des groupes sub-étatiques, souvent des groupes d’intérêts ethniques ou tribaux, pour une plus grande influence sur la manière dont les régions dans lesquelles ils vivent sont gouvernées. Aujourd’hui, avec ses 173 millions d’habitants, le Nigeria est la nation la plus peuplée d’Afrique. Le pays connaît actuellement une période de croissance économique, mais est également confronté à des problèmes de sécurité, de corruption et de pauvreté. Il est confronté à l’insurrection de Boko Haram dans le nord du pays et aux attaques contre l’industrie pétrolière dans le riche delta du Niger. L’un des principaux défis du fédéralisme au Nigeria est la question du partage des revenus pétroliers entre le gouvernement central et les États.

Forum of Federations