Pays fédéraux

Mexique

Histoire

Depuis 1810, date à laquelle le Mexique est devenu un pays indépendant, les tensions entre les États et le centre ont dominé le paysage politique. En effet, la guerre d’indépendance a commencé dans les états en réaction aux excès d’un gouvernement central puissant. L’équilibre précaire entre le centre et la périphérie au Mexique s’est cristallisé dans les différentes constitutions qui ont été rédigées depuis l’indépendance.

La première constitution, la Constitución de Cà¡diz de 1812, était calquée sur le système espagnol et définissait deux institutions au niveau régional : les gouvernements municipaux et les gouvernements d’État. Les gouvernements municipaux étaient élus, mais les gouvernements d’État étaient nommés par le gouvernement central. Cet arrangement constitutionnel a permis au premier gouvernement indépendant du Mexique, l’éphémère monarchie d’Agustà¬n de Iturbide, de centraliser le pouvoir dans la capitale.

En 1824, une insurrection menée par le général Santa Anna a contraint Iturbide à démissionner, et il a ensuite été assassiné. Avec la chute de la monarchie, les États ont réagi en établissant leurs propres gouvernements. Dans la nouvelle Assemblée constituante (1823-24), les représentants des gouvernements des États ont pu exercer une influence considérable sur la rédaction de la nouvelle constitution. C’est dans la Constitution de 1824 que le fédéralisme a été introduit pour la première fois. Conçu par l’Assemblée constituante comme un mécanisme institutionnel visant à préserver l’union et à prévenir la sécession de plusieurs États, il révèle surtout une crainte de la désintégration nationale. C’est pourquoi ses rédacteurs ont cherché à créer un exécutif fort tout en reconnaissant une certaine forme d’autonomie des États et la séparation des pouvoirs entre les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement.

Les tensions entre les États et le centre ont rendu la constitution de 1824 inopérante. Le désir d’indépendance de certains États ne pouvait être contenu, et c’est ainsi qu’en 1836, le Texas a déclaré son indépendance du Mexique. Plus important encore, les tensions entre les libéraux (fédéralistes) et les conservateurs (centralistes) ont sérieusement divisé le pays. L’instabilité politique est telle qu’aucun gouvernement n’est en mesure de gouverner efficacement. En 1835, une nouvelle Assemblée constituante a modifié la Constitution et éliminé le fédéralisme comme forme de gouvernement. La centralisation du pouvoir est devenue plus explicite pendant les dictatures qui ont suivi.

En 1857, une nouvelle constitution est rédigée après la destitution du dictateur Antonio López Santa Anna lors d’une insurrection armée. En réaction aux pouvoirs importants accordés à l’exécutif dans la constitution de 1824, la constitution de 1857 cherche à limiter le pouvoir de l’exécutif en renforçant le Congrès. Pour ce faire, la constitution a éliminé le Sénat. On pensait qu’une seule chambre législative serait plus puissante et plus efficace pour contrôler le pouvoir de l’exécutif. Bien que cette constitution reconnaisse le fédéralisme comme système de gouvernement, elle accorde au gouvernement central de grands pouvoirs économiques et politiques vis-à-vis des États. De plus, en éliminant le Sénat, les États ont perdu leur représentation au sein du gouvernement fédéral.

Dans la pratique, cette constitution s’est également avérée ingérable, notamment en raison de l’instabilité politique qui régnait encore dans le pays, et parce qu’elle ne créait pas les mécanismes institutionnels permettant à l’exécutif de gouverner efficacement. Comme l’affirme Marvà¡n, cette conception constitutionnelle a conféré au Congrès un pouvoir énorme sans qu’il soit tenu de rendre des comptes ou de mettre en place des contrepoids appropriés et, dans le même temps, elle a conféré à l’exécutif des responsabilités énormes sans lui accorder une autonomie suffisante.

La constitution de 1857 a été rédigée par les libéraux, et l’opposition des conservateurs à cette constitution a abouti à une guerre civile. La guerre entre conservateurs et libéraux s’est terminée par la victoire des libéraux en 1867. Afin de renforcer l’exécutif, le président Benito Juà¡rez a cherché à réformer la constitution et, bien qu’il soit mort en 1872, un amendement constitutionnel a été adopté qui a réinstallé le Sénat en 1875. Juà¡rez a promu le Sénat comme un moyen de renforcer le gouvernement central qu’il jugeait nécessaire pour reconstruire le pays. Le fait que le Sénat ait été rétabli ne signifiait pas qu’il était doté de pouvoirs, car de nombreuses prérogatives restaient du ressort du Congrès “par exemple, la ratification de tous les membres du Cabinet et des juges de la Cour suprême, la suppression du droit de veto présidentiel et le droit de soumettre le Président à un procès politique à la majorité simple. En outre, le Sénat était exclu de la participation à la discussion et à l’approbation du budget. Cette limitation a porté atteinte au fédéralisme, car les États étaient exclus de la participation au processus de décision budgétaire. Cette limitation perdure jusqu’à aujourd’hui.

Porfiro Dà¬az prend le pouvoir en 1876. Commence alors une période de dictature prolongée et répressive. Si, pendant son règne, Juà¡rez a eu recours à des dispositions extraordinaires pour gouverner et a suspendu les droits individuels, le régime de Porfiro Diaz a poussé les choses encore plus loin. Dà¬az a pris le contrôle de la presse, de l’Église, du Congrès, des gouverneurs et des élites locales. Il a également réussi à modifier la constitution pour permettre sa réélection indéfinie.
Une grave crise économique, combinée au désenchantement populaire à l’égard d’un régime répressif qui reposait sur une répartition très inégale des richesses, et l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants qui réagissaient contre le retranchement d’une élite politique qui faisait obstacle à leurs ambitions politiques, rendaient les conditions propices à une révolution et c’est effectivement ce qui s’est produit. En 1910, le début de la révolution mexicaine contraint Porfirio Dà¬az à quitter le pays. Comme par le passé, la révolution est née à la périphérie, mais a été gagnée au centre. Elle s’est terminée lorsque deux généraux modérés du nord (Venustiano Carranza et Alvaro Obregón) ont vaincu la faction la plus radicale. Carranza et Obregón ont consolidé leur victoire lorsqu’ils ont pris le contrôle du centre et ont pu dominer la périphérie.

Après la guerre civile, une Assemblée constitutionnelle a été convoquée pour rédiger une nouvelle constitution. La Constitution de 1917 s’inspire de la Constitution de 1857 et des amendements de 1875, mais elle accorde à l’exécutif des pouvoirs discrétionnaires plus importants et inclut une série de “droits sociaux” (éducation, travail, santé) qui institutionnalisent les idéaux de la Révolution. Cette constitution, qui est toujours en vigueur aujourd’hui, est devenue l’un des plus importants piliers institutionnels du régime politique mexicain.

L’autre grand pilier du régime était le parti officiel, le Partido Revolucionario Institucional (PRI), qui a conservé un contrôle quasi hégémonique du pouvoir depuis sa création en 1929 jusqu’en 2000. Avec la victoire d’un candidat de l’opposition aux élections présidentielles de 2000, un nombre important de politiciens, d’universitaires et de journalistes ont commencé à parler de la nécessité de rédiger une nouvelle constitution.

Forum of Federations